Histoire : Il y a 60 ans, disparaissait Albert Camus, un prix Nobel amoureux du Racing…

Hier le 4 janvier 2020 était synonyme d’un triste anniversaire, en effet, il y a tout juste soixante ans disparaissait Albert Camus. L’occasion pour l’équipe de racingfoot.fr de rendre hommage à ce grand écrivain français, passionné de football mais également Racingman d’adoption…

C’est en Algérie que naît l’amour que l’auteur portera durant toute sa vie au football, plus précisément à Alger au sein du Racing Universitaire Algérois. Le jeune Albert, âgé de 16 ans, rejoint le prestigieux club en 1929 après un premier apprentissage à l’AS Montpensier.

Fondé en 1927, le RUA naît à l’initiative d’un groupe de personnes en charge des commémorations de l’Algérie française et de quelques universitaires. Souvent opposé au rival d’Oran à l’époque, le R-U d’Alger, élu meilleur club de France en 1951, est alors assimilé aux privilégiés de la colonisation, une identité que Camus, attaché à la mixité et au combat social, reniera à plusieurs occasions. Le Racing Universitaire d’Alger sera toujours présenté par l’écrivain comme un espace privilégié favorisant une réelle cohabitation entre européens, pieds noirs et arabes dans un pays encore largement fragmenté socialement.

Pour Albert Camus, les leçons du football deviennent des outils sur lesquels s’appuyer et dont la pertinence se maintient dans toutes les facettes de la vie.

« J’appris tout de suite qu’une balle ne vous arrivait jamais du côté où l’on croyait. Ça m’a servi dans l’existence et surtout dans la métropole où l’on n’est pas franc du collier. »

Ainsi, le football n’est pas qu’un sport, c’est aussi de la réflexion, une forme de savoir instinctif profondément ancré dans le réel. Jolie philosophie pour nos jeunes footballeurs d’aujourd’hui…

« Le peu de morale que je sais, je l’ai appris sur les scènes de théâtre et dans les stades de football, qui resteront mes vraies universités. » 

Le football devient ainsi pour l’auteur la représentation du « bon sens populaire », l’acte à l’opposé du discours trompeur, réflexion d’un homme de lettre pour qui la pensée et la littérature devaient avant tout être un support pour la mobilisation et la lutte.

Albert Camus en gardien de but avec ses coéquipiers du RUA.

Côté terrain, c’est au poste de gardien de but que Camus s’illustre dans sa jeunesse avant qu’une tuberculose contractée à l’âge de 17 ans ne vienne remettre en cause une carrière de footballeur qui s’annonçait si ce n’est brillante tout au moins prometteuse.

Le pratique du football mise de côté, Albert Camus se marie à Alger en 1934, s’essaie au théâtre et commence l’écriture de « L’envers et l’endroit » qui sera publié en 1937. Dans les rangs du Front Populaire, il lance réellement sa vie d’intellectuel engagé. Journaliste pour l’Alger Républicain, l’auteur entre en opposition avec la mairie d’extrême droite qui tient alors la ville. Au même moment à Paris, l’arrière Raymond Couard ami de Camus et ancien coéquipier du RUA glane le doublé Coupe Championnat de 1936 dans les rangs du… Racing Club de Paris.

C’est dans ce contexte qu’à son arrivée dans la Capitale en 1945, Albert Camus se rapproche naturellement de « notre » Racing pour en devenir un fervent supporteur, comme il l’explique dans une lettre adressée à ses amis du RUA et publiée dans le journal officiel du club.

« Je puis bien avouer que je vais voir les matchs du Racing Club de Paris, dont j’ai fait mon favori, parce qu’il porte le même maillot que le RUA, cerclé de bleu et de blanc. Il faut dire d’ailleurs que le Racing a un peu les mêmes manies que le RUA. Il joue ‘scientifique’, comme on dit, et scientifiquement, il perd les matchs qu’il devrait gagner ».

En quelques lignes, Albert Camus fait preuve de sa fine connaissance du football de l’époque mais également de son intérêt pour notre club malgré les aléas des résultats. Témoignage d’une époque où la finalité du score passée après l’identité de jeu et l’esthétique du geste.

Il est donc logique que ce soit dans les tribunes du Parc des Princes que ce Racingman d’adoption réagisse à l’obtention de son Prix Nobel de littérature au micro des « Actualités Françaises ». C’était en octobre 1957 devant un Racing – AS Monaco…

Article par Baptiste Boulfort.

SOURCES :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et publicités ciblés en fonction de vos centres d’intérêt, pour vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux et pour réaliser des statistiques d’audience.